Toutes les oreilles au même point d’ouïe

À l’instar des premières fictions radiophoniques, cette performance est une orchestration de l’espace sonore autour d’un point d’écoute central : vous. Ici, vous êtes au cœur de la scène et les artistes tout autour. Ici, la scénographie ne se construit plus dans un studio feutré mais sur le fond d’un décor sonore imprévisible et à l’air libre. Ici, la technologie n’est pas l’intermédiaire assujettie d’une narration – elle incarne le récit lui-même. Un rituel anthropo-technique au cours duquel, à la place d’un feu central, nous allumerons un micro pour invoquer votre esprit parmi nous.
Ce projet expérimental de diffusion immersive a pour objectif d’explorer notre rapport à l’espace sonore à travers les médias. Il est réalisé sous forme des performances in situ diffusées en direct et en binaural (son à 360°). Pas de script ou de happy end, seule une mise en évidence de nos rituels contemporains qui nous permettent de parcourir des distances phénoménales en un clin d’œil. Voire d’être dans deux endroits en même temps.
L’espace de la performance est préalablement repéré pour ses qualités acoustiques : une oasis arborée sous la trajectoire du vol d’un pigeon affairé à la construction d’un nid, un ancien lavoir dont les pierres gardent la fraîcheur d’eau et le secret des histoires d’autrefois. La musicalité peut se piocher partout et à n’importe quel moment, le tout est de savoir orienter l’écoute vers ce qui est déjà là. Le rôle des artistes sera de vous faire voyager dans ces paysages sonores composés en temps réel.
Mettez votre casque. Installez-vous confortablement. Laissez-vous porter.

Valérie-Vivancos_©J.Kneppers

Compositrice, productrice et autrice, Valérie Vivancos (aka Ocean Viva Silver) développe sa pratique dans l’underground anglo-saxon, puis en France, à travers des projets axés sur la musique/le son expérimental. Elle collabore avec d’autres artistes et œuvre en électron libre pour des organisations liées à la création sonore.

Elle a animé des ateliers d’art sonore au Brésil, invité le public à dormir dans un bunker souterrain au Danemark, spatialisé de la musique dans un planétarium, sur un bateau naviguant sur le Danube, improvisé une performance avec des objets sonores à Hong Kong… Elle a sorti 4 albums : EcholaliaThe Sleep in OperaÎpe et trommeln dialogue electric (avec Limpe Fuchs)

https://database.shareimpro.eu/en/person/valerie-vivancos

Quassine est une artiste expérimentale installée à Bordeaux. Son oeuvre est influencée par le mouvement Fluxus.
L’entrelacement entre analogique et digital est toujours au centre de sa recherche, dans une tentative de conciliation entre la Nature qui la nourrit et le monde technologique qui la dévore.
Elle crée pour cela des interfaces visuelles et sonores aux résultats parfois imprévisibles, donnant aux circuits électroniques la place centrale dans la création de l’oeuvre.
Ses performances mettent en scène ces dispositifs dans une constante oscillation entre immédiateté et pistes pré-enregistrées, boucles répétées. L’intention est celle de la transe, de l’introspection, du vertige et du déjà-vu. Une expérimentation spontanée peinte sur une toile tissée des fils du souvenir.

https://quassine.com/

Danseuse et chorégraphe Flora Schipper agit dans les domaines de la danse, des arts plastiques, de la performance et du cinéma.
Elle développe un travail en relation avec la et les matières, dans une approche physique et sensorielle auprès des éléments tels que la pierre, le papier, l’argile ou encore la lumière, explorant des thèmes tels que le temps, la mémoire, l’espace du vide, le sacré.
Elle s’épanouit dans l’échange et les collaborations régulières avec des artistes plasticien.ne.s, chorégraphes, vidéastes, écrivain.e.s, artisan.e.s du son et de la lumière au sein de projets aux formes et univers variés.

Les performances de Pierre Andrieux puisent dans la poésie vocale expérimentale explorant la dimension corporelle du langage ainsi que les connections inconscientes qui peuvent opérer à la construction d’un discours, dévoilant progressivement une réflexion sur la condition humaine. Dans ses performances Pierre Andrieux incarne des individus qui se découvrent face à leur propre corps, à la société, à l’environnement ou à l’histoire de nos ancêtres.

https://www.pierreandrieux.com

Compositrice, Musicienne, Improvisatrice

Inspirée des reflets argentés de l’océan Atlantique, tout en chantant enregistreur à la main… c’est ainsi que Julia Hanadi Al abed deviendra adepte de l’écriture acousmatique et s’attachera à l’enregistrement de terrain. Là où la Voix, les Field recordings, les Corps sonores composent l’essence de ses créations, s’y mêlent les modes de jeux possibles par le biais de technologies lo-­fi ou hi­-tech. En concert, ce sont aussi les jeux de rétro-actions sonores et autres dispositifs électriques qui tracent le sillon de l’écoute, déclinant différentes facettes d’une pratique musicale électronique.

https://juliahanadialabed.blogspot.com/#!

Katia Leroi Godet : Plasticienne, actrice corporelle, improvisatrice, performeuse, marionnettiste et chanteuse ( mezzo-soprano).
Mouton de Vapeur est le pseudonyme artistique avec lequel elle a commencé à créer des personnages de rues dès 2001.
A partir de 2010, Elle met en scène des solos pour vivre un corps à corps avec son univers plastique.
Parallèlement en tant qu’artiste, elle propose aussi des animations et des expériences immersives, ainsi que des ateliers de voix et de confection de marionnette.

https://moutondevapeur.com/home/actualites/

Theo J Mayer écrit et pratique la poésie avec le goût de l’espace, de la résonance des mots et du jeu avec le vide. Ce qui l’amène à expérimenter la performance dans des contextes très variés, s’adaptant aux lieux, aux univers et aux publics rencontrés.
Aspirant à un travail approfondi de la mise en scène de la déclamation, Theo crée avec plusieurs artistes l’association La Chambre Bleue en 2014 à Bordeaux, puis les « Scènes Poétiques », performances artistiques pluridisciplinaires. Verront aussi le jour plusieurs performances solo qui viendront enrichir son champ de création.
La Persée, son premier recueil de poèmes parait fin 2021. Il ouvre son propos au domaine du corps et de la métamorphose, prolongeant son goût de la mise en scène dans une écriture poétique chorale, où les voix intérieures s’entremêlent.

https://theojuditmayer.com

Artiste plasticienne, Claire Soubrier, diplômée des Beaux-arts de Nantes, a continué sa formation en photo au sein de l’ECAL en Suisse. Depuis 2008, Elle crée des séances et des évènements photo performatifs et participatifs invitant ceux qui le veulent à venir poser et à participer à une œuvre
d’art. Ses dispositifs architectoniques sont destinés à éprouver l’image et le corps de ceux
qui veulent bien s’y soumettre, et mettent ainsi en jeu notre identité ou plutôt celle du spectateur.
Son travail proche, de la danse contemporaine et de la sculpture «chorégraphique», l’amène en 2010, à s’associer au centre chorégraphique du Cuvier à Artigues. Elle crée et réalise les photos de leur communication pour la saison 2010-2011 et pour l’événement «La part des Anges», en travaillant avec des danseurs professionnels. En 2011, elle confirme son désir de chorégraphier les gens dans des installations et propose en collaboration avec la galerie TinBox, une série d’interventions plastiques et vidéo où elle fait participer de jeunes enfants et des lycéens évoluant dans des structures de cartons. Puis en 2012, elle est sélectionnée pour le concours Danse Élargie au Théâtre de la Ville à Paris, avec le projet chorégraphique «Facing Landscape», première performance qu’elle réalise sur scène. Depuis 2016, Claire Soubrier se lance dans plusieurs grands projets comme la série photographique et éditoriale «PROMENONS-NOUS DANS LE MOI, PENDANT QUE LE VOUS N’Y EST PAS (PNDLM) » où elle constitue une collection photographique de portraits de femmes qu’elle photographie chez elle et dans un dispositif, ainsi que le film “LIFTING” résultat du dispositif   « LA BEAUTÉ C’EST LES AUTRES » où elle réalise le portraits-vidéo de 50 personnes âgées, résidents d’EHPAD.

https://www.clairesoubrier.com

Ayant baigné dans une polyphonie de langues avant d’apprendre l’alphabet phonétique, l’écriture sonore représente pour moi un terrain d’expression vaste et sans frontières, un langage universel libre des règles grammaticales. Fascinée par les médias de masse, j’en ai fait un leitmotiv lors de mes études en sociologie et en communication et j’ai fondé la webradio Station Essence. Ce projet associatif est pour moi un terrain passionnant d’observation des usages numériques et un lieu d’expérimentation des modes d’expression qui mêlent l’art et les médias. Après quelques documentaires radiophoniques auto-produits, j’ai repris des études en Création sonore et composition électroacoustique, puis en Administration et développement de systèmes informatiques pour explorer de nouvelles fonctions et possibilités des médias hybrides.
Friande des technologies et fervente des logiciels libres, j’expérimente des modes de transmission dans l’esprit DIY pour partager ma vision du monde et pour questionner les profondes transformations technologiques de notre société à l’orée de l’intelligence artificielle. Inspirée par le mouvement cyberpunk et le Glitch-art j’aime détourner des objets symboliques de l’époque industrielle pour les associer aux usages de l’époque numérique ; transposer des codes d’un langage inhérent à un médium sur un autre pour provoquer et observer des nouveaux sens qui jaillissent de cette permutation.

Gazoil_5363©M.Visconti

Le projet Panauditorium est soutenu par le Studio de Création et Recherche en Informatique et Musiques Expérimentales (SCRIME // LaBRI // Université de Bordeaux)

la Région Nouvelle-Aquitaine dans le cadre des Cultures Connectées 2021

et la Ville de Lormont.